Actualités régionales

Le ras-le-bol des chauffeurs routiers

20 mars 2020 à 07h30 Par Grégory Robin

Ils effectuent chaque jour de nombreux kilomètres pour livrer la nourriture et le carburant, notamment, que nous consommons quotidiennement.

Les chauffeurs routiers sont encore au travail, malgré les mesures de confinement, et commencent à s'inquiéter du manque de considération envers leur métier.

Aires fermées

En cause notamment, la fermeture des aires de repos, sur lesquelles ils sont habitués à s'arrêter, afin de manger, se laver, voire même y passer la nuit.

Depuis mardi, en effet, premier jour du confinement voulu par le gouvernement, l'accès est restreint à de nombreuses aires, par peur de transmission du Covid-19.

Ce qui rend la vie de ces "travailleurs de la route" très compliquée, eux qui ne peuvent pas se laver dans une période où l'hygiène est primordiale.

"Des pestiférés"

Certaines entreprises qui se font livrer réservent aussi un accueil indigne envers les chauffeurs, qui se voient refuser l'accès à la machine à café par exemple.

On peut voir sur la photo ci-dessous, et relayée sur les réseaux sociaux, l'inscription "Strictement interdit aux chauffeurs routiers".

                                                    View image on Twitter  

                                                    crédit photo: @DominicDubois73

Un comportement qui entraîne certains, se sentant humiliés, à stopper leur activité, tandis que d'autres sont encore en réflexion concernant un éventuel droit de retrait.

Solidarité

Il existe sur les réseaux sociaux des groupes qui s'organisent afin d'aider les routiers du mieux possible. Trouver des parkings sécurisés, des lieux pour se laver, se restaurer, et certaines entreprises de transport mettent leur site à disposition.

Des particuliers proposent également de petits services pour donner un coup de main, en respectant bien-sûr les consignes de sécurité face à l'épidémie qui frappe le pays actuellement.

Témoignage

Ecoutez Jérôme, routier de Gestel, qui a accepté de parler de la situation actuelle.